DES EXPERTS
            À VOTRE SERVICE

DES EXPERTS
            À VOTRE SERVICE

L'importance des 1000 premiers jours

Publié le : 01 December 2022

L’importance des 1000 premiers jours

 

Certaines personnes sont plus vulnérables ou plus sensibles que d’autres à la pollution de l’air, du fait de leur capital santé ou de leur âge. Par rapport à la population générale, ces personnes vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à cette pollution, que ce soit à court terme ou à long terme. La période de la vie avant même la naissance et jusqu’à environ 2 ans est déterminante. Du point de vue de la qualité de l’air, parce que le corps et son cerveau se développent de façon spectaculaire, l’exposition à certaines substances doit être évitée…

 

L’appareil respiratoire se forme avant et après la naissance

La première ébauche de notre appareil respiratoire apparaît à partir du 22ème jour après la conception. Durant les semaines qui suivent, les organes ne cessent d’évoluer de sorte à ce qu’au terme de la grossesse, les poumons sont prêts à fonctionner. A la naissance, le bébé passe d’une oxygénation fœtale placentaire à une oxygénation aérienne pulmonaire autonome.

Symbole du lien qui unit un bébé et sa mère au cours d’une grossesse, le cordon ombilical permet d’apporter, depuis le placenta, nourriture et oxygène indispensables au bon développement du fœtus. L’air respiré par la future maman est donc transmis au bébé.

Cependant, tout n’est pas terminé pour autant : après la naissance, les ramifications bronchiques continuent à croître, les alvéoles augmentent en nombre et en taille. C’est seulement à l’âge de 8 ans que les poumons ont acquis toutes les structures nécessaires à leur fonctionnement, et leur maturation se poursuit pendant l’adolescence.

La pratique d’activités physiques, l’acquisition d’habitudes et de comportements adaptés dès la petite enfance sont des facteurs favorables à un bon développement du système respiratoire et à la préservation du souffle. (source)

 

La pollution de l’air a des impacts avant et après la naissance

L’air respiré par la future maman étant transmis au bébé, une mauvaise qualité de l’air peut engendrer des complications pour celui-ci. Des études ont par exemple mis en évidence que :

  • Les particules fines qui pénètrent dans le système respiratoire maternel sont retrouvées dans le placenta et pourraient être la cause d’un ralentissement de la croissance du fœtus, de son développement ainsi que d’un potentiel retard intellectuel.

  • Le monoxyde de carbone limite la quantité d’oxygène de la mère et de l’embryon, et peut alors influencer le poids ainsi que la taille de naissance du bébé, voire provoquer sa naissance prématurée.

  • Les fausses couches ainsi que le développement d’allergies, d’asthme ou encore d’autisme peuvent également être liées à une mauvaise qualité de l’air.

Au cours de la grossesse, il est donc nécessaire qu’une femme enceinte réduise au maximum son exposition à la pollution présente dans l’environnement.

Il en va de même pour les nourrissons et jeunes enfants, plus fragiles vis-à-vis des agressions extérieures (polluants de l’air, virus, bactéries, tabagisme passif…) du fait de leur appareil respiratoire immature. Dans les pays développés comme le nôtre, les infections respiratoires sont par ailleurs la première cause de maladies de l’enfant (bronchiolite, asthme, rhinite allergique…).

Les jeunes enfants respirent plus vite, ils aspirent donc plus d'air que les adultes par rapport à leur poids.

 

 

Les bons gestes

Pour protéger tout le monde :

  • J’aère mon logement au moins 10 minutes par jour, même en hiver

  • Je ne bouche pas les grilles de ventilation

  • J’aère régulièrement l’habitacle de mon véhicule, sauf quand je suis dans une zone de trafic dense ou dans un tunnel

  • Je fume à l’extérieur de mon logement ou de mon véhicule

  • J’évite les parfums d’ambiance et les huiles essentielles

  • Je limite le nombre de produits ménagers, je privilégie ceux avec le moins d’ingrédients et si possible eco-labellisés

  • J’évite les produits en spray ou en aérosol

  • Je privilégie les produits de bricolage et de décoration qui émettent le moins de composés organiques volatils (étiquette A+)

  • Pour les matériaux, je préfère les sols lisses et durs, pour faciliter le ménage et mieux éliminer les polluants

Pour protéger les femmes enceintes :

  • Enceinte, je ne participe pas aux travaux d’aménagement de la future chambre de bébé

  • Enceinte, j’évite de fumer

Pour protéger les nourrissons et les jeunes enfants :

  • Je coupe mon moteur lorsque je dépose mes enfants à l’école

  • La future chambre de bébé est en travaux : elle sera terminée dans les deux mois avant sa naissance, je déballe les meubles le plus tôt possible

  • Je ne parfume pas bébé

  • Je proscris l’inhalation d’huiles essentielles

  • Je lave les jouets avant leur première utilisation, j’aère ceux que je ne peux pas laver (idéalement dehors pendant une journée, sinon dans une pièce bien aérée, après les avoir sortis de leur emballage)

  • J’évite les insecticides : je protège bébé avec une moustiquaire plutôt qu’avec un produit répulsif contre les moustiques

  • Mes enfants pratiquent une activité physique adaptée à leur âge (marche, ballon, vélo…), indispensable pour une bonne santé respiratoire

 

Pour en savoir plus