L’AIR EN
   BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ

DES EXPERTS
            À VOTRE SERVICE

L’AIR EN
   BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ

Air intérieur

Généralités

Contrairement aux idées reçues, l’air intérieur n’est pas toujours de bonne qualité alors que nous y passons en moyenne 80% de nos journées. De fait, l'air de nos lieux de vie est souvent plus pollué qu'à l'extérieur. Les sources de pollution peuvent être multiples et résultent de nos modes de vie et de consommation : tabagisme, moisissures, matériaux de construction, meubles, acariens, produits d’entretien, peintures etc.

Les bons conseils :

J’ADAPTE MON MODE DE VIE

  • Je n’aggrave pas les effets de la pollution en ajoutant des facteurs irritants tels que tabac, solvants, peintures…

  • J’évite les parfums d’intérieur, les bâtons d’encens, les bougies parfumées, les sprays qui contiennent des substances chimiques nocives

  • Si je fume, je le fais dehors.

 JE SUIS VIGILANT LORS DE MES TRAVAUX DE BRICOLAGE…

  • J’effectue mes travaux de bricolage en été, de manière à pouvoir aérer mon logement.
  • Je bricole en extérieur lorsque c’est possible.
  • J’achète des peintures qui émettent peu de COV.
  • Je choisis les produits qui émettent le moins de polluants.

 …OU D’ENTRETIEN

  • J’utilise des produits naturels pour le nettoyage.
  • Je privilégie les produits éco-labellisés, qui limitent leur impact sur l’environnement.
  • J’utilise seulement les produits qui me semblent indispensables.
  • Je ne fais pas de mélanges et je stocke mes produits par compatibilité, dans un endroit dédié et aéré.
  • Je referme les récipients pour éviter que les produits ne s’évaporent.
  • Je privilégie les vaporisateurs aux bombes aérosols.
  • Je respecte les doses et précautions d’emploi de mes produits d’entretien.

J’ENTRETIENS MON INSTALLATION DE CHAUFFAGE

  • Je fais vérifier régulièrement mes installations de chauffage.
  • Je n’utilise pas des appareils de chauffage d’appoint en continu.
  • Je n’utilise pas de groupe électrogène à l’intérieur de mon logement.

 JE SUIS TRÈS POINTILLEUX SUR L’AÉRATION

  • J’aère quotidiennement chaque pièce pendant au moins 10 minutes.
  • J’aère en toutes saisons, aux moments de la journée les moins pollués.
  • Je ne bouche pas les entrées d’air, grilles et bouches d’extraction de mon logement. Je les dépoussière et les nettoie régulièrement.
  • Je ne bloque pas les systèmes de ventilation mécanique contrôlée (VMC).
  • Je ventile ma salle d’eau sans fenêtre.
  • J’aère lorsque j’utilise certains produits : nettoyants ménagers, essence, colle, vernis, insecticide, peinture, bombes aérosols… ainsi que les pièces enfumées par le tabac.

 A développer : réglementation / origines

Polluants

Les polluants chimiques

Les Composés Organiques Volatils (COV)

Les COV entrent dans la composition de nombreux produits et matériaux courants : matériaux d’ameublement et de décoration (panneaux de bois aggloméré, peintures, papiers peints, revêtements de sol, tapis), produits de bricolage (peintures, laques, encres, colles, solvants), produits d’entretien (détachants, désodorisants, pesticides)… Les activités impliquant une combustion sont aussi sources de COV : chauffage, cuisson ou encore tabagisme.

En savoir plus

FOCUS sur les aldéhydes *(formaldéhyde réglementé dans les ERP)

Les aldéhydes sont utilisés dans la fabrication de certains matériaux de construction et d’isolation, matériaux d’ameublement et de décoration, produits de bricolage, produits d’entretien et de désinfection, désodorisants et parfums d’intérieur, cosmétiques, produits d’hygiène corporelle… Certaines activités impliquant une combustion sont aussi sources d’aldéhydes : friture, tabagisme...

L'un des aldéhydes, le formaldéhyde, est l'un des polluants les plus répandus et les plus dangereux de nos environnements intérieurs.

En savoir plus

FOCUS sur les BTEX *(benzène réglementé dans les ERP)

L’utilisation domestique de solvants, peintures, diluants, colles, vernis ou de pesticides … ainsi que la combustion de bois ou d’énergies fossiles, de cigarettes ou même de bougies parfumées sont les principales sources de BTEX à l’intérieur de locaux.

L'un des BTEX, le benzène, est l'un des polluants les plus répandus et les plus dangereux de nos environnements intérieurs.

En savoir plus

Le dioxyde de carbone (CO2) *(réglementé dans les ERP)

Le dioxyde de carbone est produit lors des processus de combustion. Il est aussi émis naturellement par la respiration des êtres vivants. Ainsi, dans la maison, la principale source après les installations de combustion est l’homme. De surcroît, le dioxyde de carbone est un bon indicateur du confinement de l’air intérieur.

En savoir plus

Le monoxyde de carbone (CO)

Le monoxyde de carbone provient essentiellement du mauvais fonctionnement d’appareils ou moteurs à combustion, quelle que soit leur source d’énergie (bois, charbon, gaz, essence, fioul ou encore éthanol).

En savoir plus

Les pesticides

De nombreux produits de traitement utilisés par les jardiniers et les agriculteurs sont rapportés à l'intérieur des habitations par leurs occupants et leurs animaux domestiques. Ces résidus sont remis en suspension et peuvent perdurer sur les sols, notamment les moquettes et les tapis. De surcroît, les bois traités et les insecticides ménagers tels les bombes aérosols, boîtes appâts, colliers antiparasites, boules antimites... concourent aussi à dégrader la qualité de l’air intérieur.

En savoir plus

Les composés organochlorés

Ces composés aux propriétés biocides sont présents dans les charpentes traitées, les insecticides, anti-moustiques, antimites, anti-poux, agents antimicrobiens et anti-moisissures... Ils servent aussi de solvants dans des produits d’usage courant tels colles, peintures, laques, dégraissants, produits de décirage, cirages à chaussures, produits de nettoyage des textiles d’ameublement… Les combustions de bois traité, de mazout ou d’huile de chauffage, et le tabagisme en sont aussi des sources.

En savoir plus

Les polluants physiques

Les particules (PM)

La première source de particules dans l’habitat est la combustion : cigarette, cheminée, poêle à bois ou à gaz, gazinière, chauffe-eau à gaz, cuisson des aliments (friture, sautés, rôtis), bougies, bâtonnets d’encens…Certaines activités, telles le bricolage ou le ménage, en produisent aussi des quantités importantes ou les remettent en suspension dans l’air.

En savoir plus

Le radon

D’origine naturelle, le radon est présent dans les roches profondes. Il pénètre dans les habitations par les fissures dans les fondations et les sous-sols, les passages de canalisations, les joints d’étanchéité, les matériaux poreux… et s’accumule dans les espaces fermés (sous-sols, vide-sanitaires, cave, pièces d’habitation).

En savoir plus

Les polluants biologiques

Les moisissures

Polluants présents de manière naturelle, les moisissures se développent à l’intérieur des habitats humides, dans les salles de bains, les cuisines, les tapisseries, mais aussi sur les fruits, les légumes, le fromage, le pain, les plantes d’intérieur, les aquariums, les vêtements et chaussures en cuir… dont elles utilisent la matière organique comme source de nourriture.

En savoir plus

Les allergènes liés aux animaux domestiques

Les phanères, squames, urines et sécrétions des animaux domestiques contiennent des allergènes. Ils se déposent sur les tissus, tapis, moquettes, canapés, literie… mais sont aussi aéroportés.

En savoir plus

Les acariens

Les acariens se développent à l'intérieur des habitations, même des plus propres. On les retrouve essentiellement dans les tissus : literie, rideaux, tentures, canapés, chaises, tapis, moquettes, peluches...

En savoir plus

Les pollens

A la maison comme au travail, les plantes arbustives ou décoratives, les plantes à bulbes ainsi que les fleurs coupées ou séchées peuvent porter du pollen. 

En savoir plus

Établissement recevant du public

Surveillance de la Qualité de l’Air Intérieur dans les ERP : 1ère échéance au 1er janvier 2018

La loi portant engagement national pour l'environnement a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l'air intérieur dans certains établissements recevant du public sensible. Il en découle la publication de plusieurs décrets et arrêtés (voir Textes réglementaires en air intérieur).

La surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les crèches et établissements scolaires repose sur une démarche progressive, comprenant 2 obligations :

1 - L’évaluation obligatoire des moyens d’aération de l’établissement, qui peut être mise en œuvre par le propriétaire ou l’exploitant des établissements, et qui est à renouveler tous les 7 ans

2 - La mise en œuvre, au choix :

D'un plan d'actions réalisé à partir d'un bilan des pratiques observées dans l'établissement. Cette évaluation est faite par le propriétaire ou l’exploitant des établissements lui-même, conformément au « Guide pratique pour une meilleure qualité de l'air dans les lieux accueillants des enfants 2015 », et qui est à mettre à jour tous les ans ;

D'une campagne de mesures de la qualité de l'air intérieur effectuée par un organisme accrédité COFRAC pour les mesures de benzène, de formaldéhyde, de dioxyde de carbone et, selon les cas, de tétrachloroéthylène, et qui est à renouveler tous les 7 ans.

Cette obligation s’applique notamment aux :

  • Établissements d'accueil collectif d'enfants de moins de six ans (crèches, halte-garderies, jardins d’enfants, etc.) ;
  • Centres de loisirs ;
  • Établissements d'enseignement ou de formation professionnelle du premier et du second degrés (écoles maternelles, élémentaires, collèges, lycées généraux et professionnels, établissements régionaux d'enseignement adapté) ;
  • Établissements sanitaires et sociaux prenant en charge les mineurs éloignés de leur famille en raison des difficultés d'ordre social ou éducatif, les mineurs handicapés, les mineurs délinquants (mentionnés aux 1°, 2°, 4° du I de l’article L 312-1 du code de l’action sociale et des familles).
  •  L’entrée en vigueur de ce nouveau dispositif est progressive et la surveillance devra être achevée avant le :
  • 1er janvier 2018 pour les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de six ans, les écoles maternelles et les écoles élémentaires ;
  •  1er janvier 2020 pour les centres de loisirs et les établissements d'enseignement ou de formation professionnelle du second degré (collèges, lycées, etc.) ;
  • 1er janvier 2023 pour les autres établissements. 

L’ensemble de ces obligations nécessite que les collectivités désignent en interne une personne en charge de la qualité de l’air intérieur, afin de coordonner l’ensemble des personnes impliquées dans cette démarche transversale (service bâtiment, service éducation, service de nettoyage, corps enseignant, …).